Tuesday, June 5, 2012

Journée Mondiale de l'environnement.(French version)

Pourquoi celebrer l'environnement seulement le 5 Juin de chaque année? Pourquoi pas tous les jours?

 La Journée mondiale de l'environnement, nous concerne tous directement. Elle a été lancée par l'Assemblée générale des Nations Unies en 1972.
 Commet célébrer la Journée mondiale de l'environnement?
La Journée mondiale de l'environnement peut-être célébrée de multiples façons, y compris des marches, des défilés à vélo, des concerts, des concours de rédaction et de dessin dans les écoles, des plantations d'arbres, des campagnes de recyclage et de nettoyage et bien d'autres activitées encore.
Dans de nombreux pays, cet événement est une occasion pour promouvoir l'intérêt et l'action au niveau politique. Ce jour là, des chefs d'Etats, des premiers ministres et des ministres de l'environnement prononcent des discours dans lesquels ils s'engagent à agir pour la sauvegarde de notre Terre. Des engagements visant l'établissement de structures gouvernementales permanentes destinées à la gestion et à la planification économique de l'environnement sont pris officiellement. Cette célébration représente, également, une occasion pour la signature ou la ratification de convention internationales en faveur de l'environnement.
Profitons de cette Journée mondiale de l'environnement pour examiner l'état de notre environnement. Prenons le temps de réfléchir aux actions que chacun d'entre nous doit mettre en oeuvre, et mettons nous, des maintenant, au travail afin de préserver, ensemble, toute vie sur terre.




L'agriculture Urbaine et Périurbaine
Avec la croissance rapide des villes, l'agriculture urbaine et périurbaine joue un rôle de plus en plus important dans l'alimentation des citadins, souligne l'organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, à l'occasion de la Journée mondiale de l'environnement, célébrée le 5 juin.
L'agriculture urbaine et périurbaine fournit déjà de la nourriture à environ 700 millions de citadins, soit le quart de la population urbaine mondiale. 
L'agriculture en milieu urbain implique l'utilisation de petits terrains comme les parcelles vacantes, des jardins et des toits des maisons pour cultiver ou pour élever des animaux de basse-cou.
L'agriculture périurbaine, consiste en des fermes à proximité des villes où l'on trouve des potagers maraîchers, des poulaillers ou du bétail. 

Le taux de pauvreté dans la plupart des villes est en augmentation, et un nombre croissant de citadins éprouve des difficultés pour accéder à la nourriture dont ils ont besoin. Dans de nombreux pays en développement, les pauvres des villes dépensent 60 % ou plus de leurs revenus pour l'alimentation.

Les problèmes proviennent du manque d'infrastructures pour transporter la nourriture jusqu'aux centres urbains. Les longues distances, les routes en mauvais état et les encombrements urbains provoquent des pertes de 10 à 30 % de produits alimentaires pendant le transport. 

Selon la FAO (Food and Agriculture Organization), les pays en développement doivent relever un double défi. D'un côté, la faim qui s'étend et de l'autre, la croissance rapide du nombre de personnes atteintes d'obésité, de diabète, de maladies cardio-vasculaires et d'autres maladies liées au régime alimentaire.

L'agriculture urbaine et périurbaine peut contribuer à améliorer la sécurité alimentaire de plusieurs façons. En cultivant des produits alimentaires à la maison ou à travers des coopératives, les ménages pauvres peuvent réduire la charge du coût d'achat de la nourriture, disposer d'une plus grande quantité d'aliments et réduire les intervalles saisonniers dans la production de primeurs.

En augmentant la diversité et la qualité des aliments consommés, l'agriculture urbaine et périurbaine peut améliorer significativement les régimes alimentaires urbains.
En outre, la vente des surplus de produits agricoles peut générer un revenu utilisable pour acheter davantage de nourriture. Même des "micro-jardins" peuvent procurer jusqu'à 3 dollars de revenu par jour aux familles pauvres, selon la FAO.

On estime que 1,2 milliard de personnes vivent avec moins de 1 dollar par jour et près de 3 milliards avec moins de 2 dollars par jour. 
Malgré son importance croissante, l'agriculture en milieu urbain et périurbain et toujours sujette à de nombreuses contraintes, notamment le manque de terres adaptées, l'incertitude sur les droits de propriété, l'accès insuffisant à une eau d'irrigation de qualité, l'insuffisance du savoir-faire et la faiblesse des investissements, indique la FAO

 Les petits gestes de chaque jour pour l’environnement.

Plantez au moins une arbre par mois.
Utilisez de préférence une lessive en poudre plutôt qu’une lessive liquide qui libère dans l’eau trois fois plus de tensioactifs, ces agents qui modifient les propriétés de l’eau afin d’enlever les salissures.
Chassez les mauvaises odeurs de votre logement de manière naturelle. Evitez en effet les désodorisants composés pour certains de substances allergènes voire cancérigènes et optez plutôt pour des solutions naturelles : un bouquet de fleurs, de la lavande, des huiles essentielles ou des écorces de citron ou d’orange bouillies avec de la cannelle.
Achetez uniquement la quantité dont vous avez besoin afin d’éviter le gaspillage et/ou de jeter des produits périmés achetés en trop grande quantité, ceci augmentant le volume des déchets.
Arrosez de préférence au pied des plantes, une technique qui apporte le plus grand bien aux racines. De plus, si vous arrosez les feuilles, les gouttes d’eau peuvent avoir un effet loupe qui peut les brûler et une évaporation importante peut se produire en cas de fortes chaleurs.
Pensez à mettre un filtre à particules sur votre moteur Diesel afin d’éviter que celles-ci ne demeurent en suspension dans l’air et pénètrent dans les poumons, engendrant alors un danger pour la santé.
Triez vos déchets ! Carton, papier, plastique, verre et métal, entre autres, font partie des matériaux recyclables et serviront à la production de nouveaux objets.


Aimez votre environnement.

 

 

Post a Comment

Can Kenya break the global fashion industry's low-wage model?

Catherine Makie, 27, sews bow ties for European and US markets in Nairobi’s Kibera slum. Photograph: Anna Dubuis The textile industry i...